Le lupique doit jouer un rôle primordiale dans la maîtrise de sa maladie. Il doit se renseigner autant que possible sur la maladie et se montrer attentif aux réactions de son corps.

Souvent, une poussée présente les mêmes caractéristiques que la fois précédente. Un patient informé peut surveiller les signes avertisseurs  et  prévenir son médecin. Il y aura de fausses alertes, mais le repérage précoce d’une poussée peut faciliter le traitement et en augmenter l’efficacité.   

Cela étant dit et compris, il reste qu’un bon rapport avec le médecin est fondamental pour le traitement. Le soutient constant de la famille et des amis peut s’avérer profitable. Enfin, une appartenance aux associations du lupus pourrait être bénéfique.



   << page précédente                                   retour sommaire >>